Après le Coronavirus : les enjeux d’une mobilité parisienne bien sécurisée

Prendre les transports en commun n’est pas très rassurant, surtout, après une grande épidémie comme le Coronavirus. C’est pourquoi, d’autres modes de déplacements sont proposés à la population française. Ce guide vous apporte plus de détails sur le sujet.

Comment se déplacer en toute sécurité après la pandémie ?

Les moyens de transport les plus sécurisés sont disponibles sur le 1° réseau Français spécialisé dans la mobilité urbaine MobilityUrban. Ces engins sont des véhicules électriques conçus pour des déplacements individuels. Ils sont équipés d’un moteur alimenté par la charge de la batterie. Actuellement, grâce au progrès remarquable de la technologie, ces engins sont de plus en plus diversifiés. Le plus ancien d’entre eux est le gyropode. Il est composé d’une plateforme horizontale équipée de deux roues à gauche et à droite. Il peut être muni ou pas d’un guidon. Viennent ensuite les trottinettes électriques. Puis, le plus récent est la gyroroue. Elle est constituée d’une seule roue munie d’un pose-pied de chaque côté.

Quels sont les enjeux d’une mobilité parisienne bien sécurisée ?

Même si le déconfinement a été proclamé, il appartient à chacun de rester vigilent face à la pandémie du Coronavirus, puisqu’elle se transmet par le contact. Les déplacements en transport en commun s’avèrent ainsi très dangereux. Cependant, les modes de déplacements individuels sont vivement conseillés. Ils permettent de s’isoler. Par contre, l’utilisation de ces véhicules présente tout de même des inconvénients. Ils ne permettent pas de rouler sur un long trajet. Leur capacité se limite à 10 ou 20 kilomètres par jour, en moyenne. Et l’utilisateur de ces engins ne doit pas excéder les 25 kilomètres à l’heure, selon la loi.

Quels sont les avantages favorisés par l’utilisation des véhicules individuels ?

Étant monoplace, ces engins permettent de se déplacer tout en restant isolés. Il vous éloigne donc des risques de contamination au virus du Covid-19, qui se propage uniquement par contact. Puis, l’usage de ces véhicules vous épargne des embouteillages puisqu’ils ne sont pas encombrants. En effet, ils peuvent se faufiler entre les voitures et accéder aux ruelles les plus étroites. En plus de cela, le stationnement n’est pas un souci. Grâce à leur taille, il est très facile de trouver un parking pour les garer. Puis, concernant le modèle et la couleur, un large choix s’impose. En outre, piloter ces engins ne requiert pas de permis. Et enfin, grâce à la vitesse limitée à 25 km/h, les risques d’accidents sont réduits.

Mode de transport écolo : comment se déplacer de manière éco-responsable à Paris ?
Vélo, trottinette, roue électrique, skate : quelles règlementations connaitre ?